Astragalomancie / Cubomancie : besoin de votre aide!

Aujourd’hui,  j’ai eu en avance un cadeau de Noël de la part d’une copine, et dans le paquet j’ai aussi trouvé ceci : des dés de cubomancie ou d’astragalomancie (voir sur ma photo ci-dessous).
Ils sont très jolis, hein, je dis pas, j’ai même une petite pochette pour les ranger, le problème c’est que j’ignore totalement comment les utiliser ! Emote - Nounours interrogation actuellement je ne connais pas grand-chose à l’astrologie, donc, à part me baser sur le symbolisme des planètes, signes du zodiaque et nombres, je ne vois pas comment interpréter les résultats. Oui, je pourrais essayer d’inventer une utilisation, mais je vous avouerais avoir la flemme! xD
Si vous connaissez un peu ce type de jeu et que vous en avez les explications, je serais ravie de votre partage de scans du livret d’explications ! enfin, si il y en a un… lol! Angella_by_mintyy

Par avance, merci pour votre aide ! Smileys (1)

kdo-kybomancie

Emote - Tools (flèches) (1) ma copine pensait que je connaissais ce type de divination – malheureusement non! – donc elle n’a pas pensé à vérifier si un livret explicatif allait avec les dés Emote - Nounours Dépression

MàJ 04/01/2017 : des contacts m’ont envoyé les explications! bon, elles sont en anglais, mais je vais pouvoir utiliser mes dés! Angella_by_mintyy

Réflexion sur la cartomancie.

Divider Grey

© photo par moi-même ~ Carte : "Oracle de Kuan Yin", Alana Fairchild - Pendule : Atelier Terra Nostra
© photo par moi-même ~ Carte : « Oracle de Kuan Yin« , Alana Fairchild – Pendule : Atelier Terra Nostra, par Yuna Minhaï

Je ne sais pas depuis combien de siècles existe la divination, mais on en retrouve des traces sous formes différentes dans toutes les cultures et dans de nombreux témoignages, oraux comme écrits.
Comme actuellement je suis en pleine (re)découverte du Tarot, je m’intéresse donc à la divination par les cartes. Mais il faudrait pour cela comprendre le « hasard » et se demander si le « hasard » existe vraiment… et si le concept des « signes », des messages du divin se pose également. A mon avis, tout dépend de nos expériences personnelles…
Je ne peux confirmer ou infirmer mes propos, vous vous en doutez : ce ne sont que des théories, des avis personnels. Ainsi que mes propres expériences.

sd-icojwl07-48198dd Alors, la cartomancie, arnaque ou véritable outil divinatoire?

Je ne suis pas certaine que l’on puisse voir l’avenir dans les cartes. Pour moi, le futur est trop inconstant : même si on peut/veut admettre l’éventualité que « tout est écrit », entre l’instant présent et le futur attendu, il peut se passer multitudes de choses.
Certains soutiennent que, peu importe les évènements, on arrivera au même résultat final, quels que soient nos choix ou les expériences vécues/subies. D’autres pensent, au contraire, que selon les choix et les évènements qui en découlent, on peut changer la donne et modifier cet avenir « déjà écrit ».
Honnêtement, je ne sais pas trop dans quel « camps » je me situe. A l’origine, la croyance en un destin immuable ne relève-t-il pas de la foi en un dieu unique? je ne sais pas, je pose juste la question.

Par contre, les cartes, comme les pages d’un livre de développement personnel, peuvent nous apporter des réflexions nous poussant alors à un travail sur soi. En fait, les cartes relèvent davantage du guide spirituel (ou psychologique!) que d’un véritable outil à prédire l’avenir. Ou disons que, selon l’étalement choisit et le type de Tarot, le tirage va nous mettre sur une voie dont il faudra en interpréter les messages afin d’atteindre le but dégagé par notre questionnement. Vous suivez? xD

Curieusement, aussi terre-à-terre que semble ma réflexion, je pense que c’est un outil intéressant à ce sujet. J’avais parlé dans un ancien article, où j’avais fais une dizaine de tirages pour moi, qu’une carte en particulier était apparue par 8 fois. Carte emblématique, vu ce qu’elle signifie… elle me correspond déjà énormément d’un point de vue général, mais d’autant plus dans la phase que je traversait à cet instant-là. Le Tarot ou les oracles, s’ils sont bien faits, peuvent être géniaux pour le développement personnel ou spirituel.

Alors bien sûr, il y a des gens qui pensent que de ce point de vue-là, c’est une arnaque : les messages sont généraux, pouvant s’appliquer à n’importe qui (ou presque). Et bien… oui! ça me semble normal même! il faut que les cartes puissent convenir à tous. Pour du cas par cas, ça me paraît difficile à réaliser. Ainsi, je suppose que les significations surfent sur des idées générales ou communes à beaucoup d’êtres humains afin d’aider (ou de commercialiser! xD) un maximum. Bah comme les bouquins en somme.

Je vois la plupart des jeux de type « Oracle » comme des outils de développement personnel ou spirituel. Pour les jeux type « Tarot » (Tarot de Marseille notamment) plutôt comme des guides ou pistes de réflexion sur soi, oui, mais aussi sur la vie que l’on mène, les personnes qui nous entourent, le quotidien mené, etc…

clow_cards_flashything_icon_by_lady_ra-d2zv486

Je ne possède pas tous les jeux de Tarot ou Oracles du monde, évidemment, mais dans tous ceux que j’ai pu obtenir ou consulter, seuls 2 jeux prétendent au concept même de la cartomancie : le Petit Mademoiselle Lenormand (j’ai eu entre les mains celui-ci) et Le Grand Eteilla.
Je n’ai plus en tête le livret explicatif du premier, par contre, possédant le jeu second, voici quelques exemples, au pif, de « prédictions » :

Les 9 Épées : cette carte désigne plus souvent une vocation et tout ce qui s’y rattache.
carte isolée et droite : attendez encore pour vous marier ou vous fier.
carte isolée et renversée : vous avez raison de vous défier : vos craintes sont fondées.
carte à coté d’autres, droite : Avec le 57 : vos espoirs ne seront pas déçus. Avec le 21 : crainte d’accident à la tête. Près du 66 (droit) : cadeaux.
carte à coté d’autres, renversée : Près du 29 : on vous soupçonne d’un délit. Près du 44 : vous perdez la foi.

8 – Eve : Cette carte représente la consultante avec ses qualités et ses défauts.
carte isolée et droite : Révélation d’un pénible secret qui vous sera préjudiciable.
carte isolée et renversée : Ne prenez pas froid. Évitez toute croisière.
carte à coté d’autres, droite : Avec le 17 (droit) : danger. Avec le 17 (renversé) : maladie grave. Avec le 50 (renversé) : victoire sur des ennemis.
carte à coté d’autres, renversée : Avec le 71 : revers de fortune.

Les 3 Bâtons : Bonne carte que ce Trois Batôns. Elle incite à aller de l’avant et donne l’esprit d’entreprise.
carte isolée et droite : Faites l’effort demandé.
carte isolée et renversée : Dans quelques jours vos ennuis seront finis.
carte à coté d’autres, droite : Avec le 1 et le 8 : Bonheur parfait. Près du 36 et du 37 (droit) : succès ; (renversé) : protection imminente.
carte à coté d’autres, renversée : Près de 63, 15 et 78 rapprochés : bénéfices importants. Près du 15 : méfiez-vous des belles promesses.

Voyez le genre? bon personnellement je ne crois pas du tout à ce genre de « prédictions » affirmées par des cartes, prédictions sans aucune équivoque d’ailleurs. De plus, je trouve que ça a un coté asservissant. Il suffit qu’une personne très paumée s’accroche désespérément à des messages « divins » dictés par ses cartes et en soi totalement dépendante puisque, du coup, il n’y a pas de place à la réflexion personnelle. Disons pas dans le sens d’une profonde introspection, vous comprenez? c’est dommage, car, pour en revenir rapidement sur Le Grand Eteilla, je trouve la majorité des illustrations très jolies et du coup, pour ma part, c’est un Tarot plutôt agréable!

D’ailleurs, parlons des illustrations! dans ma vie j’ai pas trop consulté de livres sur le développement personnel, mais je suppose que ça ressemble à beaucoup de textes, de méthodes et conseils, sans images, voire même sans couleurs. Bref, des livres « adultes » voyez? je critique pas, j’essaye de vous faire visualiser le truc! lol
De mon avis, les illustrations des cartes et les couleurs sont importantes. D’une part, c’est plus agréable de faire un travail (quel qu’il soit) avec quelque chose -en l’occurrence, ici, un outil comme les cartes – qui nous plaît, on est d’accord. Peu importe la nature de ce travail, aussi agréable qu’il pourrait être au départ, il peut se transformer en corvée. Alors retarder ce moment avec un outil joli, plaisant à nos sens, et avec un type d’utilisation court ( = tirages ), c’est plutôt sympathique! du coup, je réitère ma pensée à ce sujet : il est important de pouvoir consulter quelques exemplaires d’un jeu afin de voir si celui-ci trouve une résonance en nous, pour pouvoir bosser avec.

D’autre part, cela donne un coté ludique : on ne voit pas le travail personnel (ou spirituel) comme un « vrai » travail, à savoir quelque chose qui peut être très difficile voire insurmontable. On associe aux cartes le coté « jouet », donc on « joue » avec, et on ne va pas abandonner aussi facilement qu’on pourrait le faire avec un travail « classique » quand on est un peu à bout, vous comprenez ma pensée? et puis parfois, on abandonne nos livres en cours de lecture, on a la flemme de reprendre au début quand cela fait trop longtemps, etc… .

avatar_for_district_12_tribute_by_acidkitty3-d3bn430Bon. Je me suis perdue dans mes pensées, j’avais encore des choses à dire et voilà! je suis facilement distraite! x) du coup je vais m’arrêter là, mon article est suffisamment long. Je le reprendrais peut-être plus tard. On va conclure par le fait que j’aime bien les Tarots et les Oracles, je pense qu’ils peuvent avoir une vraie utilité pour beaucoup de gens sur un plan spirituel ou psychologique. Mais je reste sur mes positions quant à la divination du futur, de notre avenir : de probables pistes, peut-être, mais pas une vérité absolue.

Outils - Tools (17) J’oubliais, à ces propos : on achète rarement un bouquin qui ne nous concerne aucunement ou ne nous « parle » pas quand on lit son résumé, à moins, bien sûr, d’être dans la démarche de s’informer uniquement. Oracles et Tarot, c’est pareil !

Divider Grey

Pseudonymes et noms magiques.

Divider Grey

Les pseudonymes et noms magiques, pour moi, sont provisoires, changeants. Ils correspondent à des humeurs du moments, des intérêts/passions ou des états d’esprit. Ils sont donc évolutifs.
Aussi loin que je me souvienne, j’ai eu 2 seuls pseudonymes avant « Shamsiel » : Rainshine, à l’époque où le génialissime forum Le Théâtre des Vampires , créé et géré par Hécate, existait encore (pensées pour Sam’, Hécate, Bloody Moon, Nookeniam, etc… ! Outil - Heart) ; puis ensuite le pseudo Galiel, quand, à la fermeture de ce premier forum, il aura fallu se rapatrier sur un autre dont, bizarrement, le nom m’échappe! O_o’
Bref! et donc aujourd’hui, on en arrive à Shamsiel/Sham Siel… et je sens que je vais probablement bientôt devoir abandonner ce pseudo ou lui accoler autre chose afin de faire la transition vers cette nouvelle « évolution » de moi-même.

OUI JE SUIS UN POKEMON, NOUS SOMMES TOUS (ou presque) DES POKEMONS !!!!!!!!! Psykokwak

Ça y est, ce matin, je craque complètement! stupid-15ebd6 Plaisanterie mise à part, c’est carrément cliché ce que je dis (non, pas qu’on soit des Pokémons, roh!) mais c’est vrai au final : nous évoluons tous! ou presque tous…

J’ai fais un rêve aujourd’hui, dans lequel le nom d’une ancienne candidate de Face-off -et son visage ~ sans doute pour ne pas que j’oublie son nom en me réveillant- apparaissaient : Alam. Je l’ai pris comme une probable idée de pseudonyme à emprunter. Par contre, j’sais pas du tout ce qu’il signifie, faudrait que j’essaye de trouver ça, en espérant qu’il n’y ai pas 50 significations! loool

Le brouillard commence à s’estomper, je finirai bien par en dégager un nouveau pseudonyme, tout comme un nouveau nom magique, les deux témoignant d’une nouvelle -et profonde- évolution. Smiley - Abracadabra Emote - Etoiles (3)wizard_by_krissi001-281be93

Divider Grey

Un combat de tous les jours.

Divider Grey

Je ne sais plus si je l’ai déjà mentionné quelque part, mais mon initiation magique commence avant tout par l’amélioration de mon caractère, de mes défauts à adoucir. Plusieurs fois, on m’a répété qu’on ne pouvait pas devenir un vrai occultiste/magiste/maitre sans avoir atteint un niveau acceptable d’amélioration de soi. Je suis d’accord. Bien que mon but ne soit absolument pas de devenir une ceinture noire de la Magie (par contre ceinture noire de kung-fu, là, j’dirais pas non! xD), je suis complètement obsédée par mes défauts que j’aimerais vraiment, VRAIMENT, pouvoir supprimer. Donc quelque part, suivre cette initiation, ça tombe bien! lol Oui, je sais, étant un être humain, on ne peut pas supprimer nos défauts. Mais on peut, comme je le disais, les adoucir, les travailler de manière à ce qu’ils ne se manifestent pas à la moindre occasion.

Tout-à-l’heure je causais avec une copine du milieu éso à ce sujet, et je lui racontais mes déceptions amicales de ces derniers mois. Elle a souligné un truc très juste, dont je pense avoir déjà parlé: la majorité des personnes se disant pratiquantes ne le sont qu’en surface, puisque intérieurement, elles ne se sont jamais remises en question ou tout du moins, pas de manière correcte. Sinon, elles n’agiraient pas de la sorte, que cela soit envers moi ou envers d’autres. Comme je le disais, je suis complètement d’accord avec cette pensée: j’ai beau avoir un nombre incroyable de défauts, avec lesquels des fois je me bat réellement tellement ils peuvent parfois m’emmerder, je ne me sers pas des autres.
Jusqu’à il y a quelques mois, j’avais adopté, en vieillissant, un comportement du genre « je ne fais pas aux autres ce que je ne veux pas qu’on me fasse« , voyez? j’avais décidé de mettre un terme à cette façon d’être, pourtant saine, tant j’en ai eu marre, mais marre, qu’on se serve de moi, de ma situation professionnelle (pourtant pas mirobolante!), qu’on joue avec ma confiance et mon amitié. Je m’étais dit que j’allais me la jouer sataniste: œil pour œil, dent pour dent. Mais ma pote m’a fait réaliser que finalement, je risquais de ne pas valoir mieux que les autres en tombant dans cette façon d’être, avec en plus possibilité de rester ainsi, et de leur ressembler totalement.

C’est comme ça que j’ai réalisé que l’amélioration de soi, c’était un combat de tous les jours. On a finit ce combat qu’en arrivant en fin de vie, et encore. Pourquoi? tout simplement parce que nous ne sommes que de simples êtres humains, non divins.
Bref. Je critique les comportements de cochons de beaucoup de gens du milieu éso -y’a pas qu’eux mais là n’est pas le sujet x)-, mais j’ai commencé à me comporter comme eux. Et je déteste ça. Je déteste déjà le fait d’avoir des défauts, j’aimerais pouvoir détruire les miens, alors ressembler à des faux-jetons, des égoïstes et des hypocrites, imaginez mon indignation présente! *partie vomir*

J’en ai juste ras le bol qu’en éso il y ait autant de viles personnes. J’sais pas moi, on a l’ésocculte en intérêt commun, pourquoi se servir d’autrui? pourquoi faire semblant d’être amis? pourquoi se tirer dans le dos mutuellement? pourquoi aller descendre publiquement d’autres personnes? j’sais pas, c’est pas normal et malsain aussi je trouve. Ça n’entre pas dans les Voies Magiques, c’est très loin de l’amélioration de soi, dans le but de réussir ses objectifs. Idem pour la course à celui qui a le plus d’amis dans le milieu: à quoi ça sert de rajouter des tonnes de gens dans tes contacts en faisant le beau/la belle alors que tu ne vas pas te préoccuper des 3/4 avec qui tu es en contact et que sur le 1/4 qui te reste tu es réellement sincère avec 0,1/4 de ces personnes?!? xDDD

Ces comportements me fatiguent, disais-je, mais je ne puis m’empêcher d’essayer de comprendre. Après, quand on n’a pas cet état d’esprit, c’est difficile. Je suppose que pour la plupart de ces gens ça doit leur servir à palier à des problèmes psy? du genre, manque de confiance en soi, donc on fait des sourires et des courbettes à tout le monde, on se construit une réputation de personne adorable et puis c’est gagné: on trouvera toujours quelqu’un pour nous lancer des fleurs. Je suppose, hein, c’est subjectif tout ça.
Mais je ne peux m’empêcher de penser que ces gens doivent se sentir obligés de prouver quelque chose à quelqu’un (eux-mêmes en réalité, non?), et du coup, ceci explique leur comportement de merde. Ou bien c’est autre chose hein, mais, je le rappelle, je ne suis pas psy. Je fais de la psychologie de comptoir là. Encore que, j’ai l’impression que mon interprétation vaut mieux que cela, sans vouloir me vanter! xD

Plus j’écris là, et plus en fait ça commence à me saouler de me poser des questions. Au final, qu’est-ce que j’en ai à battre? alors, je l’avoue, dans le lot de ces gens dont je parle, je fais aussi référence à des personnes m’ayant déçue. Cela ne veut pas dire que je les haïs pour leur comportement pourri envers moi. En fait, je ne suis pas capable de les détester tout simplement parce que moi, comme j’étais sincère dans mes sentiments amicaux envers eux, je reste sur leurs bons cotés, leurs belles qualités.
Un exemple: il y avait une fille que j’aimais bien, puis un jour elle a fait un truc qui a dépassé mon seuil de tolérance. N’ayant pas apprécié, je l’ai supprimée de mes contacts. Bien des mois plus tard, elle m’avait recontactée, pour s’expliquer/s’excuser. Entre-temps, de mon coté, de l’eau avait coulé sous les ponts, et je laissais la conversation « ouverte » (je ne disais pas au revoir), tandis qu’elle, elle la fermait à chaque fois par « je te souhaite une bonne continuation ». Dommage! mais cela prouve au final que ce n’était pas si sincère que ça comme amitié, vu que moi j’étais totalement prête à « remettre le couvert », voyez?

Je pense que l’on a besoin, parfois, de prendre du recul pour comprendre des choses et s’améliorer -et ça n’empêche pas de revenir!-, mais manifestement, tout le monde n’en n’a pas l’envie. Peut-être que JE ne donne pas envie? dans ce cas, pourquoi faire semblant d’être ami avec moi? si tu sais que je ne vais rien t’apporter, ne fais pas semblant, point barre. Si je dois t’aimer pour ce que tu es, ne fais pas l’acteur/l’actrice car on finit toujours par voir qui tu es en réalité.
Moi j’ai aucun problème là-dessus: si mes défauts doivent se manifester, ils le feront, je les laisse s’exprimer, ce qui peut être parfois un gros tord. Après, ça me fait passer pour une caractérielle, mais si on préfère bloquer là-dessus et occulter le reste, c’est que l’on n’était pas sincère avec moi. Du coup, ce n’est plus mon problème. Je ne fais pas semblant d’être qui je suis, et je suis la même personne derrière l’écran que dans la vraie vie. J’écris comme je pense/parle. La seule chose qui peut changer, c’est ma manière d’être, réservée ou non, selon les gens, normal.

Ah, bah ça m’a fait du bien toute cette petite analyse/introspection ! j’ai beau être en quête de relations amicales/sentiments véritables, je sais que je rencontrerais parfois des gens qui me décevront. Néanmoins, j’ai évolué sur un truc: même si je serais déçue, voire peinée, par une personne qui se prétendra être mon amie, je sais désormais avancer. J’ai aussi enfin compris comment repérer une personne sincère! *contente* Bref. Plus qu’à continuer à évoluer, à me battre contre moi-même. Tous les jours.
Et j’espère que vous aussi, en tant que personnes évoluant dans le milieu éso, vous le faites/ferez. Même si ça peut ouvrir des portes à des déceptions, sachez que pour vous-mêmes, votre propre personne, ça ne vous apportera que du bon, à la seule condition de ne pas vous mentir à vous-même, de ne pas vous voiler la face, d’oser vous affronter.

Divider Grey

« Que la Force soit avec toi! »

Divider Grey

Je n’ai pas parlé de tatouage et d’exposition par hasard. Emote - Etoiles (3) Outre l’ornement, une représentation/un symbole de nous-même, de notre vie ou un message à passer, le tatouage peut être un charme magique à graver sur le corps. Lors de l’exposition « Tatoueurs, tatoués », j’ai découvert un manuel de tatouage dans lequel on retrouve des symboles magiques permettant par exemple de protéger la personne qui s’en est faite tatouer un.

 photo manuel-de-tatouage-magique-expo-quai-branly_zpsckzowjnc.png

Une note explicative du musée nous permet de mieux comprendre ce carnet sous vitrine:

Les tatouages traditionnels que l’on trouve au Myanmar mais aussi en Thaïlande, au Cambodge et au Laos sont de nature essentiellement religieuse. Associées à un ensemble de croyances hétérogènes issues du bouddhisme Theravada, de l’hindouisme, de l’animisme et du culte des ancêtres, les figures animales et yantra [diagrammes magiques] sont tatouées à l’aide d’un long stylet et permettent d’accroître le pouvoir de leur porteur et de le protéger.
Ces manuscrits étaient souvent brûlés et leurs cendres bues par les moines apprentis tatoueurs en guise de cérémonie d’intronisation.

Je m’excuse par avance pour la qualité de la photo, il était interdit de mettre le flash du coup elle est un peu jaunie… Smileys (2)

Un peu plus loin dans l’expo, une courte vidéo (3min24!), qui aurait mérité d’être plus longue -mais ceci n’est que mon avis!-, nous montre des personnes tatouées qui, petit à petit, entraient en transe.
La légende de cette vidéo explique qu’en Thaïlande, chaque année des personnes tatouées se déplaçaient afin de renouveler les envoûtements/sortilèges de leurs tatouages, et venaient également honorer les maîtres tatoueurs au temple bouddhiste Wat Bang Phra, situé pas très loin de Bangkok.
▶ La vidéo se nomme Yantra, the Sacred Ink et son auteur est Cédric Arnold.

Le tatouage peut donc servir de talisman [magique], à même la peau. Alors, non, je ne pense pas qu’on puisse se faire posséder par l’esprit de Disney en se faisant tatouer Mickey, Cendrillon et compagnie, mais si des pantacles ou autres figures magiques, par exemple, des prières, etc… sont tatouées et en plus chargées par un charme [magique, toujours!], je suis persuadée que l’on peut en être influencé, en ressentir les effets.

Mon tatouage est une phrase que j’ai inventée, c’est en quelque sorte mon mantra à moi. Et bien, peut-être que je me fais des idées ou que c’est psychologique, mais j’ai l’impression qu’à peine sur la peau, elle m’influence déjà beaucoup plus que lorsque je ne faisais que me répéter ses mots dans la tête. Marrant non? Je sens que j’ai encore une fois changé, mais cela ne s’est pas produit par étapes, comme lorsque que je traverse mes phases de changement. Là, on aurait dit une sorte de « fondu enchaîné », voyez? un peu comme si une fois tatouée, la phrase ne faisait désormais plus qu’une avec mon épiderme et en diffusait toute sa force, sa puissance. Pourtant, mon tatoueur n’était pas un maître spirituel tibétain et je n’ai pas cherché la date, l’heure, la lune et le zodiaque propices pour mon tatouage! Emote - Panda qui rit

J’aime bien, ce coté un peu mystérieux/mystique des effets d’un dessin ou tatouage sur la peau, je trouve ça fascinant… wizard_by_krissi001-281be93

Divider Grey

Note: Non, ma phrase n’est pas celle du titre de cet article! xD Je le rappelle, je l’ai inventée moi-même! ;)

Tatouée.

Divider Grey

 photo Expo Tatoueurs Tatoueacutes - photo_zpszhjrjcqe.png

© Alexandre Lacassagne, exposition Tatoueurs, Tatoués, Musée du Quai Branly (2015).

Le vendredi 25 septembre 2015 est un jour à marquer d’une pierre blanche, comme on dit: je me suis faite tatouer! c’est tellement commun, paraît-il, de se faire tatouer. Sauf que pour ma part, je suis le genre de « petite fille sage » qui fait rarement des actes aussi forts, et aussi symboliques. Posséder un tatouage était une espèce de fantasme que j’ai depuis touuuute petite, mais je ne pensais pas qu’un jour je le concrétiserais. Avec le temps, j’en ai eu des projets pour des tatouages! mais je savais que j’allais changer d’avis, parce que j’avais toujours de nouvelles idées. Et là… j’ai sauté le pas, mais parce que j’ai été un ptit peu poussée! Disons que j’avais trouvé LE tatouage que je voulais absolument faire, et en allant prendre rendez-vous, les jours où le tatoueur était libre étaient plutôt restreints. Mais bon, j’ai finis par me dire que si je ne le faisais pas quand l’occasion se présentait enfin, je ne le ferais peut-être jamais.
Et voilà, un vendredi matin, accompagnée d’une copine – parce que j’avais pas envie de faire cette expérience toute seule mintumm_by_mintyy -, je suis allée me faire tatouer… juste avant d’aller bosser! lol
Enfin voilà. Pourquoi je n’en parle que maintenant? je ne sais pas. Au départ je ne comptais pas en parler, c’est une expérience personnelle, plutôt intime en fait. Mais je crois que l’engouement que j’ai involontairement suscité chez certaines copines – elles avaient déjà envie de se faire tatouer avant mais depuis que je suis passée à l’acte elles veulent aussi le concrétiser et rapidement xD –, ainsi que l’exposition « Tatoueurs, Tatoués » au Quai Branly m’ont fait comprendre aussi qu’un tatouage pouvait être bien plus que de l’art sur la peau ou un simple message.
C’est une modification corporelle certes, indélébile aussi, mais cela devient une nouvelle partie de nous et raconte une histoire, notre histoire personnelle à nous.

L’exposition de « Tatoueurs, Tatoués », qui était si intéressante que je vous conseille d’aller la voir, m’a touchée notamment concernant la partie des soldats et des personnes mises en prison: outre certains tatouages qui étaient proches d’œuvres d’art malgré parfois le coté un peu grossier/primaire/primitif des dessins – surtout quand on remet cela dans l’époque concernée: entre 1920 & 1940! –, il y avait pas mal de lettrages sur les torses des militaires, des marins, mais aussi des prisonniers (truands, trafiquants, etc…). Des choses comme « mauvaise tête mais bon cœur » (voir photo), « sans patrie », « né sous une mauvaise étoile », etc… traduisaient les sentiments parfois désespérés de tous ces gens. Tatoués désormais à vie, il s’agit d’une période dure de leur histoire qu’ils n’auront sans doute jamais oubliée. L’ont-ils regretté par la suite? l’expo ne le dit pas. Est-ce que je regretterais le mien, de tatouage? pour le moment, non, car je sentais que je devais le faire. Et en toute franchise, je n’ai pas réfléchis pendant des mois pour ce que je voulais tatouer: j’ai fais une phrase qui me tenait à cœur. Il fallait que je le fasse. Curieusement, c’est à peine si je remarque ce tatouage. Peut-être que je l’ai déjà intégré à mon histoire? Quoiqu’il en soit, c’était vraiment important pour moi et je n’oublierais jamais cette douloureuse  expérience. Oui, j’ai eu mal, parfois TRÈS mal, mais ça en valait la peine!

Smiley - Ballon
Divider Grey

J’ai été tatouée par Niko, du salon Kustom Tattoo -le salon parisien-, métro Parmentier.

Trois anecdotes intrigantes.

Divider Grey

Vous aimez les histoires qui font peur? j’en raffolais quand j’étais petite! mais en grandissant, j’ai vite compris que j’adorais uniquement parce qu’il ne m’était rien arrivé de très flippant. Ou alors pas à une certaine période de mon enfance, peut-être? c’est loin tout ça, je ne m’en souviens plus trop. Par contre, je peux vous raconter 3 situations qu’on pourrait qualifier de « surnaturelles » qui m’ont vraiment fait peur! ce que je vais raconter est véridique, évidemment, mais je conçois qu’on puisse ne pas y croire.
N’empêche, il y a quand même beaucoup plus abracadabrant comme histoires, ces trois-là n’ont rien de bien trépidant: un peu mystérieuses, certes, et effrayantes lorsque l’on vit soi-même la situation, mais rien de vraiment dingue. Voilà, donc ne vous attendez pas à quelque chose d’extraordinaire! xD

…………………………………………………………………………………….

J’avais 15 ans lorsque que j’ai déménagé pour la première fois. C’était le moment pour mes parents de s’éloigner des grandes villes, préférant la tranquillité rurale au stress urbain.
Une petite maison leur avait convenu: elle se situait dans un quartier pavillonnaire calme mais elle avait un mur mitoyen à celui d’une autre maison. Bon, rien n’est parfait!

Les voisins étaient musulmans (je précise leur religion pour une meilleure compréhension de la situation): il nous arrivait parfois de les entendre faire leur prière, mais c’était uniquement lorsqu’ils avaient les fenêtres ouvertes. Le reste du temps, nous ne les entendions jamais, malgré ce mur en commun. C’était des gens vraiment très discrets.
J’avais choisi la chambre qui se trouvait juste au-dessus de la cuisine. Je dormais sur une mezzanine, car les plafonds étaient hauts mais la pièce toute petite. Curieusement, cela n’empêchait pas le fait que j’entende presque tout ce qui pouvait se passer dans la cuisine. Par exemple, lorsque mes parents discutaient (sans pour autant distinguer chaque mots) ou les bruits familiers genre la vaisselle qui s’entrechoque quand on la range.
Quelques jours après ce déménagement, j’ai commencé à entendre d’autres bruits, dans la cuisine, la nuit. Le lendemain, j’étais allée voir ma mère en lui faisant remarqué que je l’avais entendue (elle ou mon père en fait) bouger les tabourets cette nuit. Ce sont des tabourets en bois, donc quand on les fait glisser sur le carrelage, on reconnaît le bruit, enfin en tous cas celui-là il se distinguait facilement.
Et ma mère qui me regardait, l’air de dire « tu as fumé, ma fille! », en me répondant nonchalamment: « bah non, ce n’était pas nous, ça devait être les voisins! ».

Je savais très bien que cela ne venait pas des voisins, mais bien de dessous ma chambre, soit dans la cuisine! Les bruits remontaient jusque dans ma chambre, ça ne pouvait pas être les voisins, d’autant plus que ma pièce se trouvait sur le mur opposé du mur mitoyen. Je n’avais donc pas relevé cette remarque, parce que j’ai réalisé que personne ne me croirait et je pris peur.
Ce petit manège aura duré peut-être 2 semaines environ, je ne sais plus très bien. Puis un jour, cela a cessé, et je n’ai plus jamais entendu ces tabourets danser sur le carrelage. J’ai entendu mes parents les déplacer pour s’asseoir ou faire le ménage, mais pas comme moi j’en avais suivi leur mouvement ces nuits d’agitation mystérieuse.

…………………………………………………………………………………….

Mes parents avaient parfois la fâcheuse habitude habitude, le soir, d’ouvrir la porte de ma chambre pour m’informer d’un truc qu’ils auraient oublié de me dire ou de quelque chose qu’il faudrait que je fasse le lendemain (le ménage, une lessive, aller chercher le pain…). Ce qui se passait en général, c’est qu’ils ouvraient la porte de ma chambre et me parlaient du seuil. Moi, je ne me levais pas de mon lit donc me contentait de leur répondre en regardant leur ombre projetée au plafond. Rappel: je dormais sur une mezzanine.

Une nuit, je n’avais pas fait attention à l’heure, j’ai entendu un « Pssst! ». Ayant eu la flemme de répondre, je faisais semblant de dormir. Je pensais que mon père avait une tâche à m’attribuer encore une fois, je n’avais pas envie qu’il m’emmerde avec des « demain tu feras ci et ça ». Ah, les ados! looool! xD  Bref. Puis j’ai eu le sentiment qu’il restait là sur le pas de ma porte et j’ai à nouveau entendu « Pssst! » donc j’ai finis par me redresser en demandant « Quoi? ». Lorsque j’ai constaté que non seulement la porte de ma chambre était fermée, qu’il n’y avait pas de lumière de l’autre coté (dans le couloir donc) et que j’étais seule dans la pièce… Je me suis soudainement sentie très très mal à l’aise.

Apeurée, je me suis remise au lit, me cachant sous ma couette et priant pour que le « quoi que ce soit » qui se trouvait là disparaisse! J’ai cru fondre tellement je suais de peur! xD Une vraie flaque!

Cette horrible expérience n’est plus jamais arrivée, et j’espère bien que ça restera ainsi!

…………………………………………………………………………………….

Mai 2014, nuit.

J’étais à demi consciente, sur le point de m’endormir lorsque j’ai senti une main me toucher le bras et quelqu’un m’embrasser 2 fois sur la joue. Un peu grognon, j’ai alors marmonné à mon compagnon d’éviter de me toucher lorsque je commence à m’endormir sinon je n’arrive plus à trouver le sommeil.
Il ne répondait pas, donc, pensant qu’il boudait, je me suis tournée vers lui et le regardait: il dormait profondément, me tournant le dos.

Non, ce n’était pas lui – ni moi-même! – qui m’avait touché le bras, non, ce n’était pas lui qui m’avait embrassée, et si cela avait été le cas j’aurais eu le temps de le voir, c’est évident. Nous ne sommes que deux dans ce minuscule studio…  Alors, qui était-ce?!?

Divider Grey