[ Livre ] Les Quatre Accords Toltèques

Les Quatre Accords Toltèques photo 9782883534612_zpshxu1ugrb.jpg

 

Les Quatre Accords Toltèques
La voie de la liberté personnelle

Auteur: Don Miguel Ruiz
Editions: Poches Jouvence, 2005

Résumé:

Castaneda a fait découvrir au grand public les enseignements des chamans mexicains qui ont pour origine la tradition toltèque, gardienne des connaissances de Quetzacoatl, le serpent à plumes. Dans ce livre, Don Miguel révèle la source des croyances limitatrices qui nous privent de joie et créent des souffrances inutiles. Il montre en des termes très simples comment on peut se libérer du conditionnement collectif – le  » rêve de la planète « , basé sur la peur – afin de retrouver la dimension d’amour inconditionnel qui est à notre origine et constitue le fondement des enseignements toltèques. Les quatre accords proposent un puissant code de conduite capable de transformer rapidement notre vie en une expérience de liberté, de vrai bonheur et d’amour. Le monde fascinant de la Connaissance véritable et incarnée est enfin à la portée de chacun.

Sommaire:

Remerciements
Préface de Maud Séjournant
Les Toltèques
Introduction: Le Miroir de Fumée
Le Processus de domestication et le rêve de la planète
Le premier accord toltèque: Que votre parole soit impeccable
Le deuxième accord toltèque: Quoiqu’il arrive, n’en faites jamais une affaire personnelle
Le troisième accord toltèque: Ne faites pas de suppositions
Le quatrième accord toltèque: Faites toujours de votre mieux
La voie toltèque de la liberté: Briser les vieux accords
Le nouveau rêve: le Paradis sur Terre
Présentation de la collection Cercle de Vie

➠ Mon avis:

Depuis quelques années, j’ai beaucoup entendu parlé de cet ouvrage. Les idées véhiculées me semblaient justes, intéressantes et simples, malgré la complexité à les appliquer au quotidien.
En effet, même si beaucoup d’entre nous savons, consciemment, que certaines choses dans notre vie sont inutiles ou provocatrices de mauvaises « vibrations », il est parfois « plus facile à dire qu’à faire » – dicton très célèbre dans notre société ;) .
Lorsque j’étais dans un groupe concernant l’hypersensibilité (j’en suis partie, je ne sais pas si je l’avais dit), ce livre a été de nombreuses fois cité et mis en avant. Au bout d’un moment je me suis demandé pourquoi je ne l’avais pas déjà lu, puisque je connaissais son existence depuis au moins 2005?!? ouais, l’année est précise, mais c’est parce que ça correspond au moment où j’ai fais la connaissance d’un pote qui, le premier, m’en parla! xD

BREF! Donc, après avoir fait un article avec le résumé sur une image des 4 accords toltèques version famille, je me suis dit que j’allais à mon tour lire ce bouquin, même si il ne m’avait jamais  vraiment intéressée. Je sais, c’est curieux, mais j’avais quelques a priori. Du coup, en le lisant, j’ai pu vérifier si ceux-ci étaient fondés ou non, et cette fois, j’aimerais m’arrêter plus longuement sur un ouvrage que j’ai lu. Les Quatre Accords Toltèques me donnent envie d’en dire plus en raison, même si ce livre ne change pas ma vie. Voyons donc plus en détails avec quelques citations:

Premier Accord Toltèque: Que votre parole soit impeccable.

Pour que notre parole soit impeccable, il ne faut donc pas l’utiliser contre soi. Si je vous aperçois dans la rue et que je vous traite d’imbécile, il semble que je me serve de la parole contre vous. Mais en réalité je l’utilise contre moi, car vous allez me détester et votre haine ne me fera aucun bien. Donc, si je me mets en colère et que je vous envoie mon poison émotionnel par la parole, je l’utilise contre moi-même.
Si je m’aime, j’exprimerai cet amour dans mes inter-actions avec vous et ma parole sera impeccable, car cette manière d’agir produira une réaction similaire. Si je vous aime, vous m’aimerez. Si je vous insulte, vous m’insulterez. Si j’ai de la gratitude envers vous, vous en aurez envers moi. Si je suis égoïste avec vous, vous le serez avec moi. Si j’utilise ma parole pour vous jeter un sort, vous m’en jetterez aussi un.
Avoir une parole impeccable, c’est faire bon usage de votre énergie ; cela signifie que vous l’utilisez dans le sens de la vérité et de l’amour de vous-même. Si vous concluez cet accord avec vous-même, que votre parole soit impeccable, cette seule intention manifestera la vérité en vous et nettoiera tout le poison émotionnel qui subsiste en vous.

Réfléchissez au nombre de fois où vous avez médit de la personne qui vous est la plus chère, dans le seul but que les autres soutiennent votre point de vue. Combien de fois avez-vous capté l’attention d’autrui, puis répandu du poison sur celui ou celle que vous aimez, afin de conforter votre opinion ? Celle-ci n’est pourtant que votre point de vue. Elle n’est pas nécessairement vraie. Votre opinion résulte de vos croyances, de votre propre ego, et de votre propre rêve. Nous créons ce poison et le partageons avec autrui, simple-ment pour nous sentir bien selon notre propre point de vue.
Si nous concluons ce premier accord et que notre parole devient impeccable, nous éliminerons progressivement tout poison émotionnel de notre esprit et de nos relations personnelles, y compris avec notre chien ou notre chat.
Avoir une parole impeccable vous immunisera également contre tous les sorts négatifs d’autrui.Vous ne pouvez recevoir une idée négative que si votre esprit y est ouvert. En ayant une parole impeccable, votre esprit deviendra stérile pour les paroles issues de la magie noire. A la place, il deviendra fertile pour celles issues de l’amour.

Pour moi, l’auteur est dans le vrai, du moins, j’adhère complètement à ce qu’il a rédigé. Le problème, c’est que l’on aborde ici une notion bien rare en ce monde: la vertu, à savoir faire le bien parce qu’on souhaite faire le bien/du bien aux autres, et sans attendre de retour, si ce n’est la continuité logique de ce bien.
Je vais donner un exemple: pour qui me connaît, on peut confirmer que dans ma tête je pars du principe que si moi je suis honnête et sincère envers mon interlocuteur, pour moi il est évident qu’il l’est aussi (la paranoïa et la méfiance se manifestent rarement chez moi x). Sauf qu’en réalité, par rapport à autrui envers moi, c’est tout autre chose. Comment je le sais? pour les nombreuses fois où on m’a reproché d’être étonnée, parfois offusquée ou peinée, de voir qu’en face de moi les gens à qui je m’adresse n’étaient pas forcément/logiquement dans la même optique, à savoir, celle d’être honnête, sincère, amical, désintéressé (et j’en passe). Ce genre de chose est, paraît-il, typique du comportement « normal » de l’être humain. Pour ma part je ne dirais pas que c’est « normal » mais plutôt « basique ».
La normalité du comportement humain serait, comme je l’ai évoqué, la vertu: bien se comporter, parce qu’il ne peut en être autrement vu qu’il est en quelque sorte anormal de faire souffrir (volontairement) autrui. On pourrait débattre longuement sur la « normalité » comportementale et la souffrance dans notre monde ou société, mais là il est surtout question de la manière d’agir, de parler, voire de penser, face aux autres.
Un autre soucis se pose dans ce théorème: l’appliquer, certes, c’est super! mais si on l’applique sans y adhérer, il ne devient ni un automatisme, ni quelque chose de sincère. Ainsi, quand bien même on se montre quasi irréprochable dans nos paroles, si on ne pense guère un seul mot qui sort de notre bouche, que ceux-ci sont « salis » par ce qui ronge notre cœur, la « parole impeccable » peut être considérée comme nulle. On peut appeler ça de l’hypocrisie ou du savoir-vivre – selon les situations. De toutes façons, on ne peut pas toujours être tout le temps honnête et sincère, car certaines choses dites peuvent blesser (par exemple)…
Enfin, encore une fois, ceci n’est que mon avis.

Deuxième Accord Toltèque: Quoi qu’il arrive, n’en faites pas une affaire personnelle.

Vous faites une affaire personnelle de ce qui vous est dit parce que vous y donnez votre accord. Dès lors, le poison s’infiltre en vous et vous êtes piégé dans l’enfer. La raison pour laquelle vous vous faites piéger est ce que l’on appelle “l’importance personnelle ”, c’est-à-dire l’importance que l’on se donne. S’accorder de l’importance, se prendre au sérieux, ou faire de tout une affaire personnelle, voilà la plus grande manifestation d’égoïsme, puisque nous partons du principe que tout ce qui arrive nous concerne. Au cours de notre éducation, de notre domestication, nous apprenons à tout prendre pour soi. Nous pensons être responsables de tout. Moi, moi, moi, toujours moi !
Vous n’êtes aucunement responsable de ce que les autres font. Leurs actions dépendent d’eux-mêmes. Chacun vit dans son propre rêve, dans sa propre tête ; chacun est dans un monde totalement différent de celui dans lequel vous vivez. Lorsqu’on fait de tout une affaire personnelle, on part du principe que l’autre sait ce qu’il y a dans notre monde, et on essaie d’opposer notre monde au leur.

Peu m’importe ce que vous pensez de moi, je n’en fais jamais une affaire personnelle. Quand les gens me disent “ Miguel, tu es le meilleur ”je n’en fais pas une affaire personnelle, et lorsqu’ils me disent “ Miguel, tu es le dernier des derniers ”je ne le prends pas non plus personnellement. Je sais que si vous êtes heureux vous me dites “ Miguel, tu es un ange ! ”, mais que si vous m’en voulez vous dites “ Oh, Miguel, tu es un monstre ! Tu es dégoûtant. Comment peux-tu dire des choses pareilles ? ” Dans un cas comme dans l’autre, cela ne m’affecte pas parce que je sais ce que je suis. Je n’ai pas besoin d’être accepté. (…) Non, je ne prends rien de ce qui m’est dit ou de ce qui m’arrive de façon personnelle. Ce que vous pensez, ce que vous ressentez, c’est votre problème, pas le mien. C’est votre façon de voir le monde. Cela ne me touche pas personnellement, parce que vous n’êtes confronté qu’à vous-mêmes, pas à moi.
D’autres auront une opinion différente, selon leur système de croyances ; donc, ce qu’ils pensent de moi ne concerne pas vraiment ma personne, mais eux-mêmes.

Si vous n’avez pas peur, il vous est impossible d’être irrité contre moi. Si vous n’avez pas peur, il n’est pas possible que vous me haïssiez. Si vous n’avez pas peur, vous ne serez pas jaloux ou triste. Si vous vivez sans peur, si vous aimez, ces émotions n’ont aucune place en vous. Et si vous ne
ressentez aucune de ces émotions négatives, il est logique que vous vous sentiez bien. Lorsque vous vous sentez bien, tout ce qu’il y a autour de vous est bien. Et quand tout ce qui vous entoure est bien, tout vous rend heureux.Vous aimez toute chose, parce que vous vous aimez vous-même. Parce que vous vous appréciez tel que vous êtes. Parce que vous êtes satisfait de vous-même. Parce que vous êtes content de votre vie. Vous êtes heureux du film que vous produisez, heureux des accords conclus dans votre existence.Vous êtes en paix et content.Vous vivez dans un état de bonheur où tout est merveilleux, où tout est beau.

Que dire de plus si ce n’est que du vrai? mais même en sachant cela, en ayant conscience, ce n’est effectivement pas toujours évident d’appliquer le détachement nécessaire ou le « lâcher-prise »: on ne nous l’a jamais enseigné (que ça soit à l’école ou dans notre milieu familial). Et je suppose que cela dépend aussi de notre humeur du moment, de la journée passée, des nouvelles écoutées, etc… .
Voilà une espèce de pied de nez à toutes les personnes qui se pensent plus intelligentes que vous en vous expliquant aimablement que si vous prenez mal quelque chose que l’on vous dit, c’est que c’est forcément vrai et qu’il faudrait que vous réfléchissiez sur vous-même et changiez…! Oui, des gens comme ça, qui débitent de tels immondices, on en trouve à tous les coins de rue! ^^’

Troisième Accord Toltèque: Ne faites pas de suppositions.

Nous avons tendance à faire des suppositions à propos de tout. Le problème est que nous croyons ensuite qu’elles sont la vérité. Nous serions prêt à jurer qu’elles sont vraies.

Rien qu’en faisant des suppositions et en prenant tout ce qui nous arrive personnellement, nous créons énormément de poison émotionnel, parce qu’ensuite nous médisons sur la base de ces suppositions. (…) Comme on a peur de demander des explications, on prête des intentions à autrui, on fait des suppositions que l’on croit être vraies ; puis, on défend ces suppositions et on donne tort à l’autre.
Il vaut toujours mieux poser des questions que de faire des suppositions, parce que celles-ci nous programment à souffrir.

Effectivement, cela rejoint un peu ce qu’expliquait l’auteur dans le 2ème accord: « Au cours de notre éducation, de notre domestication, nous apprenons à tout prendre pour soi. Nous pensons être responsables de tout« . Et à mon humble avis, il n’a pas tord!

Il est très intéressant de voir comment l’esprit humain fonctionne. Nous avons besoin de tout justifier, de tout expliquer, de tout comprendre, afin de nous rassurer. Il y a des millions de questions aux-quelles nous cherchons les réponses, car il y a tant de choses que notre esprit rationnel ne peut expliquer. Peu importe que la réponse soit correcte ; le seul fait de trouver une réponse nous rassure. C’est pour cela que nous faisons des suppositions.

Quatrième Accord Toltèque: Faites toujours de votre mieux.

Quelles que soient les circonstances, faites toujours de votre mieux, ni plus, ni moins. Mais rappelez-vous que votre mieux ne sera jamais pareil même d’une fois à l’autre. Tout est vivant, tout change constamment, par conséquent votre mieux sera parfois à un haut niveau et d’autres fois à un moins bon niveau.

Bon là je ne suis pas totalement d’accord: il est bon de faire un peu plus que son mieux, mais cette opinion n’engage que moi =) Pourquoi je dis ça? tout simplement parce que beaucoup de gens se cantonnent à ce qu’ils pensent qu’ils sont capables de faire et ont souvent une vision très négative de leurs capacités. Donc ils vont se contenter de faire ce qu’ils pensent qu’ils puissent faire -à savoir, dans les limites qu’ils se sont imposées- alors qu’en réalité ils peuvent faire encore plus mieux que mieux, vous voyez? ;)

Lorsque vous en faites trop, vous vous videz de votre énergie et vous agissez contre vous-même, avec pour conséquence qu’il vous faut davantage de temps pour atteindre votre but. Mais si vous faites moins que votre mieux, vous vous exposez aux frustrations, au jugement personnel, à la culpabilité et aux regrets.

En résumé, faut trouver le juste milieu quoi! ^o^
Bon, je vais m’arrêter là pour les citations (j’en ai marre de recopier x), on peut en faire quinze mille et placer tout autant de commentaires! xD

On peut en conclure que l’ouvrage est bien résumé sur Wikipedia:

Que votre parole soit impeccable.
Parlez avec intégrité, ne dites que ce que vous pensez vraiment. N’utilisez pas la parole contre vous-même, ni pour médire d’autrui. Utilisez la puissance de la parole dans le sens de la vérité et de l’amour. La parole est un outil qui peut détruire. Prenez conscience de sa puissance et maîtrisez-la. Pas de mensonge ni de calomnie.
Quoi qu’il arrive, n’en faites pas une affaire personnelle.
Vous n’êtes pas la cause des actes d’autrui. Ce que les autres disent et font n’est qu’une projection de leur propre réalité, de leurs rêves, de leurs peurs, de leurs colères, de leurs fantasmes. Lorsque vous êtes immunisé contre cela, vous n’êtes plus victime de souffrances inutiles.
Ne faites pas de suppositions.
Ne commencez pas à élaborer des hypothèses de probabilités négatives, pour finir par y croire, comme s’il s’agissait de certitudes. Ayez le courage de poser des questions et d’exprimer vos vrais désirs. Communiquez clairement avec les autres pour éviter tristesse, malentendus et drames.
Faites toujours de votre mieux.
Il n’y a pas d’obligation de réussir, il n’existe qu’une obligation de faire au mieux. Votre « mieux » change d’instant en instant. Quelles que soient les circonstances faites simplement de votre mieux et vous éviterez de vous juger, de vous culpabiliser et d’avoir des regrets. Tentez, entreprenez, essayez d’utiliser de manière optimale vos capacités personnelles. Soyez indulgent avec vous-même. Acceptez de ne pas être parfait, ni toujours victorieux.

Points forts du livre: Clair, simple, concis, ne nécessite pas d’avoir fait de hautes études en psychologie pour comprendre ce qu’il raconte, vocabulaire accessible même aux jeunes enfants. Le peu de pages fait qu’on peut l’emporter partout sans être incommodé par son poids ou son format. L’auteur offre aussi de nombreux exemples très simples, anodins, dans lesquels on peut (se) reconnaître (dans) des situations vécues, des pensées évoquées, etc… . Il permet par de nombreuses fois de s’interroger sur notre personne, notre comportement, en gros, suggère une remise en question toute en douceur.
Points faibles: Trop de redondances, de tournures diverses pour dire la même chose! si il n’y en avait pas eu autant , le livre aurait tenu en à peine une vingtaine de pages à tout casser. Il faut dire aussi que ces fameux 4 accords ne sont pas tellement « profonds », car comme je l’ai dis dans certains passages de cet article, ce sont des principes que l’on connaît tous déjà (ou presque tous alors! x), mais que l’on n’arrive pas forcément toujours à appliquer quotidiennement.

Le contenu de l’ouvrage se trouve en fait dans bien d’autres, et dans certains spiritualités (comme par exemple dans la pratique des arts martiaux asiatiques où ceux-ci -et bien d’autres encore!- sont enseignés et/ou mis en pratique) mais l’auteur a eu une idée de génie: résumer les idées quelques importantes idées en 4 grands principes et en les simplifiant au maximum et les répétant de nombreuses fois afin que ceux-ci soient à la portée de tous et soient rapidement assimilés. Enfin, en tous cas, c’est ainsi que je vois la chose, puisque j’ai déjà vu ce genre de principes à suivre dans d’autres livres et dans ma pratique d’arts martiaux. C’est intéressant, mais me concernant en tous cas, je n’apprend absolument rien d’extraordinaire ni de nouveau dans l’ouvrage… Comme dans beaucoup de bouquins, nous sommes conscient de bien des choses et on sait que l’on doit appliquer des méthodes, mais on ne sait pas toujours comment. Le mérite des Quatre Accords Toltèques, c’est qu’il est tellement simple et répétitif que certains pourraient en éprouver une sorte de conditionnement qui pourrait leur permettre d’appliquer ces principes.

Personnellement (et sans prétention!), cela fait bien des années que j’applique tous ces principes, vu que j’y adhère depuis fort longtemps, et je n’ai jamais eu besoin d’un livre pour savoir tout ça. D’ailleurs je suis très étonnée que des gens encensent ce livre qui ne casse pas des briques (faut être réaliste!) ou même clament que ce petit machin leur a changé la vie alors que tout ce qui est préconisé/raconté est d’une logique sans nom, et devrait normalement être déjà enseigné au plus tôt de notre enfance. Si ce n’est pas le cas, suffit parfois de réfléchir -quand ça ne tombe pas sous le sens-, beaucoup même, et de vouloir sincèrement le bien à soi-même mais également à autrui. Enfin, c’est vrai qu’il est difficile pour les gens de  réfléchir et de se comporter correctement, on pourrait attraper le virus mortel de la plénitude, de l’amitié, du bonheur et de la paix, et de risquer de rendre heureux aussi les autres. C’est grave dangereux (« laule »).  Plus sérieusement, une fois ces principes appliqués, ça ne veut pas dire qu’on ne fait jamais d’erreurs (l’erreur est humaine!), par contre on en fait beaucoup moins que les autres puisque l’on comprend où pourrait se situer la bêtise à venir et on anticipe plus rapidement qu’autrui afin de les éviter.

Bref, le contenu du livre n’est pas mauvais en soi, évidemment. Ca m’a fait aussi réaliser que ce qui me paraissait d’une évidence même (voir par exemple mon « codex », à défaut de me connaître ;) ne l’est visiblement pas pour les autres. Un truc que j’ai du mal à comprendre d’ailleurs.

Je voudrais faire une digression en ajoutant que tout ce qui se résume au « développement personnel », et considéré souvent comme du « New Age » ou étant de la « psychologie » -suivant le niveau du contenu du bouquin, des auteurs ou des exercices proposés-, se retrouve dans un bon nombre d’anciens ouvrages d’ésotérisme, de Magie, de maçonnerie (Rose-Croix, etc…) et j’en passe. Comme le disait une de mes copines, on a juste épuré tout ces exercices de développement personnel de leur coté « magique » pour en faire ce que l’on connait aujourd’hui. Alors, par un rapide calcul: « développement personnel + rituels = livres (sérieux) de Magie ». Et pouf! ça vous en bouche un coin, hein? :D
Mais c’est vrai que vu sous cet angle, ça risque de faire perdre toute crédibilité au développement personnel. Et pourtant, bien des choses découlent de l’ésotérisme/occultisme/de la Magie… =)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s