[ Livre ] La Magie Wicca

 

La Magie Wicca – Histoire, rites, cérémonies
Sous-titré les secrets des plantes, des runes, des talismans et des cristaux.

Auteur: C. Wallace
Editions: De Vecchi, 2004

Quatrième de Couverture:

Venue de la nuit des temps, la Wicca célèbre la communion des hommes et des forces de la nature.
Puisant ses sources dans diverses traditions païennes, et particulièrement le druidisme, cette magie blanche est avant tout une  » religion  » (bien qu’elle ne soit pas encore reconnue comme telle) d’amour, de joie et de sagesse.
Dans cet ouvrage, l’auteur retrace l’histoire du paganisme puis nous entraîne à la découverte de la Wicca, de ses servants, sorciers et sorcières (le terme d’enchanteurs et enchanteresses conviendrait tout autant), et des grands principes qui la fondent : le culte de la Mère, principe de vie et d’énergie, la vénération de la nature et du cycle des saisons.
Il nous donne également les clés pour accéder à ses rituels, détaillant pour nous les instruments de culte et les pouvoirs d’une magie millénaire : divination, purification, invocations…
La  » sorcellerie  » blanche n’est pas un simple livre de recettes magiques, mais un véritable mode d’appréhension de la vie et de ses mystères. La lecture de ce livre passionnera donc tous ceux gui cherchent à donner un nouveau sens à leur vie, à renouer avec les valeurs essentielles et renouveler leur relation avec le Sacré.

Table des Matières, dont j’ai volontairement retiré les sous-chapitres:

Préface
La tradition Wicca
– Les différentes traditions
Les Origines de la pensée religieuse dans le monde antique
– Le panthéisme
– Le paganisme
– Les Egyptiens
– Les Assyro-Babyloniens
– Le panthéon gréco-romain
– Les peuples celtes
– Du paganisme au christianisme
Les traces du paganisme dans le folklore
– Le 1er mai ou veille de mai
– La fête de la Saint Jean
– Le carnaval
– Noël
– L’Epiphanie
– Halloween: la Toussaint des païens modernes
La Déesse Mère
– Dans la préhistoire
– En Crète
– Dans le monde étrusque
– En Thrace
– En Sardaigne
Le corps de la Déesse
– Les « lieux de pouvoir »
– Le pouvoir de l’eau
– L’utérus de la déesse: la grotte
– L’arbre de vie
– La pierre divine
La roue de l’année
– Esbat
– Sabbat
– Le calendrier Ogham
Se servir de la nature
– Les instruments de la tradition Wicca
– Les huiles et encens
– L’herbier
– Les pierres
Les exercices wiccans
– L’enracinement
– Le chant
– Rendre l’énergie à la Mère
– La relaxation
– La visualisation
Le rituel
– Purifier
– L’espace sacré
– Invoquer
– Le rituel de protection
– Le rituel de prospérité
– Le rituel d’amour
– Le rituel de santé
La divination
– Les runes
– Les runes dans la divination
– Consacrer les runes
– La signification des runes
Bibliographie

Avis:

J’ai parlé, dans une de mes pages, de la Voie que je suivais. Vous constaterez donc que je suis loin d’être wiccane. Malgré ça, j’ai eu un nouveau coup de cœur pour ce livre. Je ne connais pas énormément la Wicca, ses rites, ses fêtes, mais j’ai eu le plaisir de découvrir un peu tout ça au travers de ce livre. Agréable à lire, très bien organisé et présenté, on apprendra l’origine de nos fêtes chrétiennes, à quoi correspondent les fêtes celtiques (comme par exemple le célèbre Halloween!), les correspondances de la Déesse, vénérée par nos ami(e)s wiccan(e)s, avec les déesses de diverses mythologies, beaucoup d’Histoire, des recettes (ex: le pain au pavot pour la fête de Mabon), etc… . On trouvera également à l’intérieur du livre, des exercices à pratiquer, des rituels et des prières simples, les utilisations d’herbes, d’huiles essentielles et cristaux, les différents outils à posséder, mais aussi l’utilisation des runes et leurs symbolisme & correspondances. Le seul véritable bémol: les illustrations sont en noir et blanc! c’est dommage, avec un peu plus de couleurs dans les pages, je parie qu’il serait encore plus agréable à feuilleter! Néanmoins, ce seul livre ne suffit pas pour bien connaître la Wicca, dont il faudra que j’en consulte d’autres pour mieux en donner mon avis. ^^

Quelques extraits:

[…] Enfin, des informations curieuses proviennent de deux synodes de Trévise (1581 et 1727) condamnant la cupidité des curés qui exigeaient une taxe supplémentaire de la part des familles qui ensevelissaient pour la première fois un défunt dans le cimetière paroissial (coemeterium frangere). C’est par l’un de ces synodes, en 1581, que l’on apprend l’existence d’une superstition conseillant d’ensevelir les cadavres en position inclinée pour éviter que, durant la nuit du 1er au 2 novembre, ils ne reviennent tourmenter leurs parents.

(p.49)

Tous s’accordent à reconnaître la présence féminine et la signification hautement symbolique et divinisée de la femme en Crète. En Crète, le culte de la Déesse Mère perdura pendant la civilisation minoenne, mais fut en partie détrônée par l’irruption des dieux guerriers importés par la population mycénienne.

(p.57)

Encens de Shamain
Pour confectionner les encens, il faut toujours un peu de sciure ou de copeaux de bois.
L’if est l’arbre indiqué pour Shamain. Ecrasez dans un mortier quatre parts de bois d’if, ajoutez une part de bois de cannelle, une part d’aiguilles de pin, et malaxez le tout avec dix gouttes d’huile essentielle de thuya. Faites chauffer un petit charbon en le mettant en contact avec la flamme d’une bougie, puis placez-le dans une coupe ou sur une petite assiette.
Mettez un peu de l’encens confectionné pour Shamain et laissez-le diffuser son arôme magique.

(p.89)

Viviane n’aime pas les pentacles dessinés sur papier, ou gravés sur une plaque de métal. Elle préfère couper en deux une pomme dans le sens horizontal. Elle obtient ainsi un pentacle parfait dessiné par Mère Nature.

(p.111)

Huile essentielle de lavande
Employée dans les rituels de purification, pour éloigner les ondes négatives, la malchance et le malheur. Elle favorise, en outre, le bonheur, l’amour, la réalisation de paix, et elle est souvent employée avec d’autres huiles pour en accroître l’efficacité.

(p.117)

Cependant, comme la magie Wicca est naturelle, il est indispensable que les quatre éléments soient représentés, et il faut donc qu’il y ait une coupelle d’eau, une coupe contenant le sel ou la terre, une bougie allumée pour attester du feu, et un bâton d’encens, une fumigation d’herbes ou un diffuseur d’huiles essentielles pour symboliser l’air.
Dans notre tradition, il faut aussi un objet pour symboliser la Déesse: une statue, une image, une effigie ou juste une pierre à la forme étrange.

(p.156)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s